Bayonne: l'arrestation d'Aurore Martin mise en échec par des habitants

politique

Pays Basque nord

Bayonne: l'arrestation d'Aurore Martin mise en échec par des habitants

Rédaction

eitb.com

22/06/2011

A 15h ce mardi à Bayonne, des habitants accourus rue des Basques ont mis en échec la tentative de la police française de l'arrêter, "j'avais prévenue que je résisterai", a réagi la militante.

  • L'arrestation d'Aurore Martin mise en échec par des habitants. Photo: eitb.com

    L'arrestation d'Aurore Martin mise en échec par des habitants. Photo: eitb.com

    L'arrestation d'Aurore Martin mise en échec par des habitants. Photo: eitb.com
  • Partager
  • Envoyer

Commentaires

C''est vers 14h45 qu''un cri s''est propagé dans tout le petit Bayonne : "Ils sont en train d''arrêter Aurore Martin rue des Basques !!!", provoquant un afflux de personnes venues apporter leur soutien à la militante basque française recherchée par la police française pour souscrire à la volonté de la justice espagnole qui a lancé un mandat d''arrêt européen contre elle.

Trois jours plus tôt à Biarritz, Aurore Martin était sortie de la clandestinité dans laquelle elle se trouve depuis décembre 2010 pour se présenter au milieu des personnalités civiles, politiques et syndicales qui avaient fortement exprimé, leur solidarité avec son droit à l''expression politique lors d''un forum contre cette arme juridique européenne.

C''est donc dans un appartement du deuxième étage d''un immeuble de la rue des Basques que la jeune femme a subi l''arrivée de 6 personnes cagoulées venues l''arrêter, mais pas suffisamment rapidement pour ne pas voir affluer une cinquantaine de personnes s''opposant à cette arrestation, dans laquelle on trouvait des militants politiques locaux, mais également desIndignés ou de simples citoyens, au cri de "Ne nous regardez pas ! Rejoigfnez-nous !"

Une vive échauffourée s''enclenchait alors dans les escaliers en bois de la bâtisse, les policiers tentant d''extirper Aurore qui se débattait, des personnes bloquant par ailleurs toute possibilité de progression de l''arrestation.

Au bout de 10 minutes, les policiers devaient constater l''impossibilité de toute exfiltration et devaient relâcher la jeune femme.

Quelques minutes plus tard, un cordon sanitaire de personnes présentes l''escortait jusqu''à la place St André, où Aurore Martin pouvait confier sa peur, mais aussi sa détermination à "ne pas se laisser faire".

"Je leur avais dit que je résisterai à mon arrestation, mais la réaction des gens venus me protéger a été extraordinaire", expliqua-t-elle, "là, ça va, il y a beaucoup de monde, ça va mieux".

Pour avoir parlé en public en Pays Basque sud en tant que membre du parti Batasuna (illégalisé en Espagne mais légal en France), Aurore Martin est sous le coup d''une peine de prison de 12 ans.


Premières réactions après la tentative d''arrestation

Le mandat d''arrêt européen visant Aurore Martin "sera mis en oeuvre", a prévenu mardi après-midi le ministre de l''Intérieur Claude Guéant après l''interruption de l''opération.

"Cette dame est sous le coup d''un mandat d''arrêt européen. Il est du devoir de la police française de mettre en oeuvre ce mandat d''arrêt. Et il sera mis en oeuvre", a déclaré le ministre à quelques journalistes en marge d''une visite à Maisons-Alfort (Val-de-Marne).

La députée européenne Catherine Grèze (Europe Écologie), a durement critiqué la tentative d''arrestation. "Avec l''arrestation d''Aurore Martin, c''est non seulement le Mandat d''arrêt qui est totalement détourné de son objectif premier, mais aussi les libertés d''opinion et d''expression, fondements même de notre démocratie, qui sont bafouées," a-t-elle dénoncé dans un communiqué ce mardi après-midi, avant de rajouter: "Voici encore une sérieuse entrave à l''établissement d''une paix durable au Pays Basque."

"Qu''est-il reproché à Aurore? Sa participation à des réunions publiques et des écrits politiques au titre de son appartenance à Batasuna", s''est étonné mardi Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. "Il serait pour le moins incompréhensible qu''une personne de nationalité française, militante d''un parti autorisé en France, soit extradée pour des faits eux-mêmes non punissables dans notre pays. Cette arrestation remet en cause un principe essentiel reconnu en France, à savoir le refus d''extradition pour motifs politiques".

Les militants de la gauche abertzale (indépendantiste) ont salué la forte "mobilisation populaire" qui a empêché l''arrestation d''Aurore Martin et ont demandé aux États français et espagnol de mettre terme à leurs actions répressives vis-à-vis du Pays Basque.

Depuis que la justice française a autorisé son transfert vers l''Espagne en décembre dernier, de nombreuses personnalités se sont prononcées contre ce mandat d''arrêt européen, notamment des élus de tous bords et de tous horizons. Ce mardi après-midi, de nombreux élus se sont rendus à Bayonne pour manifester leur soutien à Aurore Martin : Martine Bisauta, conseillère UMP à Bayonne, Jean-René Etchegaray (MoDem), adjoint à la Culture de la mairie de Bayonne, Marie-Christine Aragon, conseillère générale PS, Francis Charpentier, du syndicat Solidaires, Claude Larrieu (NPA) et Dominique Duguet (PS), pour n''en citer que quelques-uns.


Entretien (en basque) avec Aurore Martin peu après la tentative d''arrestation. Galerie de photos de la tentative d''arrestation.


Commentaires

Publicité

Publicité

Les infos du Pays Basque

  • Euskal Herria

    Euskal Herria

    Retrouvez toutes nos actualités les plus récentes relatives au Pays Basque recueillies sur une seule page.

Publicité

Publicité

Le plus vu

    #-cargando_lmv-#
        #-cargando_lmv-#